Récent

Quand une société d'assurance a comme mot de passe... Son login

Le piratage informatique tient souvent à pas grand chose, à un mot de passe pourri par exemple ! Equifax a annoncé, la semaine dernière qu’elle avait été victime d’un piratage. 143 millions de clients impactés. Une attaque qui aurait pu être évitée si l’entreprise avait fait patcher ses serveurs d’une faille vielle de plusieurs années.

On apprend dans les colonnes de la BBC qu’un second piratage a touché le professionnel du crédit.

Une nouvelle fourberie

En effet, un de nos experts s'est penché sur son contenu et plus particulièrement sur celui de la pièce jointe et a détecté un élément frauduleux avec un codage en base64.

Les liens intégrés sont plus que douteux et le décodage de celui-ci nous a amené, au final, à déterminer que le site sur lequel l'utilisateur est dirigé n'est là que pour récupérer ses informations confidentielles.

Premiers liens proposés par les moteurs de recherche, les pièges se multiplient

Liens sponsorisés, les pièges se multiplient ! Prudence aux faux téléchargements de logiciels via les moteurs de recherche. Je vous parlais, il y a peu, des liens proposés par Google. Les premières offres proposées sont de plus en plus dangereuses. Vous reconnaissez ces liens par le mot « Annonce » qui s’y colle en haut de  la page qui affiche votre requête.

Article original appartenant à zataz.com : ZATAZ Premiers liens proposés par les moteurs de recherche, les pièges se multiplient

Rançongiciel HakunaMatata

L'originalité de ce code malveillant concerne sa méthode de propagation. Les incidents rencontrés par le CERT-FR appuient l'hypothèse d'une infection initiale basée sur le service RDP accessible depuis Internet. Un mot de passe faible ou dérobé est à l'origine de l'ouverture de session à distance.

Publication d'une collision sur la fonction de hachage SHA-1.

 

Contexte historique

La possibilité théorique d'une telle attaque est admise dans le milieu académique depuis la publication de travaux de WANG, YIN et YU à Crypto 2005. Ces travaux ont été progressivement améliorés ; la technique de cryptanalyse aujourd'hui considérée comme la plus efficace ayant été publiée par STEVENS à Eurocrypt 2013.